1. Exquisite Tweets from @jds1306, @Enthoven_R

    PreoccupationsCollected by Preoccupations

    François Sureau avocat, proche de Macron.

    Reply Retweet Like

  2. Le problème des contestataires (des gilets jaunes aux grévistes qui, parfois, sont les mêmes) n’est pas que nous vivons en dictature.
    Leur problème, leur drame, est que nous ne vivons pas en dictature.
    👇

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Il y a des violences policières en France, mais la police n’y fait pas la loi.
    Il y a du racisme en France, mais l’Etat n’est pas raciste.
    Il y a des nostalgiques de la colonisation en France, mais ils ne sont pas au pouvoir.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Nous vivons sous des institutions stables, nantis d’outils contre la corruption, d’une police des polices, de représentants élus et de lois qui sanctionnent l’expression de la haine.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Quoiqu’on se raconte devant sa glace le matin, l’enjeu des grèves ou des émeutes n’est pas d’abattre un tyran mais de se donner un tyran à abattre, ce qui n’a rien à voir.
    D’où vient ce besoin de fabriquer un épouvantail ?

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Comment se fait-il qu’on donne des contours révolutionnaires à des revendications qui relèvent ordinairement du débat public entre gens civilisés et d’accord pour ne pas être du même avis ? D’où vient cette adolescence collective qui confond l’insulte et l’insolence ?

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Avons-nous si peu de rapport avec la réalité que nous sommes devenus incapables de faire la différence entre une dictature et un Etat de droit ? Ou de comprendre qu’une dictature ne permettrait pas qu’on dise qu’elle est une dictature ?

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Avons-nous si peu de vie intérieure qu’il faille à nos existences la béquille d’un combat contre le « fascisme macronien » pour se trouver un sens ?

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    La question qui doit nous occuper n’est pas de savoir comment changer de régime, mais à quelle folie, quelle névrose, correspond le faux désir d’en changer ? (Car personne ne voudrait renoncer aux droits qui sont les siens en France au XXI siècle) A cela, plusieurs réponses.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    D’abord, la démocratie ne promet qu’elle-même. Son horizon n’est qu’une perpétuation. Son espérance est un progrès mesurable. Peu de choses sont moins excitantes. C’est l’inconvénient de la fin de l’Histoire. La tentation révolutionnaire y naît de l’ennui.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Conséquence 1 : Tous les sophismes sont bons pour présenter Macron comme un tyran, ce qui rend inaudible… sa critique ! Alors que - de l’indécise laïcité aux formules douteuses en passant par la réforme des retraites elle-même - il y aurait bien des choses à dire et à changer.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    2 : le débat public est saturé par des militants nés trop tard dans un monde de droits (à peu près) égaux, qui mendient un strapontin au Banquet des victimes de l’histoire, et brandissent, en cas d’objection, leurs blessures comme un bouclier magique.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Par ailleurs, il n’y a pas d’opposition dans ce pays. Juste des gagne-petits à qui toute monture convient tant qu’elle leur fait gagner des voix. Personne n’est en mesure de préempter le mécontentement et de lui donner la forme (efficace) d’un projet politique.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Conséquence 1 : toute critique - faute d’être incarnée – devient une contestation. Et toute contestation de réforme devient une contestation du pouvoir puis du « système ».
    Le résultat de cette montée en épingle, c’est un néant d’effets. Et un maximum de chaos.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Conséquence 2 : En s’insurgeant contre les institutions qui préservent notre liberté même, on précipite l’avènement de la tyrannie qu’on hallucine. A l’image, par exemple, de ces gens qui, refusant de choisir entre #Macron et @MLP_officiel, votent un peu pour la seconde.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    (Je remets à plus tard, s’il vous plaît, l’examen de la question de savoir si l’affrontement libéralisme / extrême-droite est seulement un calcul politique ou bien le sens de l’Histoire. On ne peut parler de tout au même endroit)

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Enfin, dire qu’il y a pire ailleurs ne signifie pas qu’il faille se contenter de ce qu’on a. Au contraire. L’égalité salariale h-f, le droit de mourir dans la dignité, la GPA etc. forment autant de Graal qui transcendent les opinions (à mon avis) !

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Ce n’est pas parce qu’on n’est pas la Russie, l’Iran, la Corée du Nord ou la Chine, que tout est bien en France ! L’alternative n’est pas révolution ou conservatisme, mais statu quo ou progrès (même modestes).

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Le goût de tout changer et le maintien de l’ordre établi se tiennent la main dans un tango détestable où chaque partenaire est la caution de l’autre. En démocratie, la révolution, c’est le conservatisme.

    Reply Retweet Like

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven

    Enthoven_R

    Raphaël Enthoven